Description de la démarche doctorale

Ma recherche porte sur les moyens d’exposition d’œuvres d’art dites « nouveaux médias », des œuvres qui sont à la fois numériques et interactives. Les œuvres d’art des nouveaux médias demandent une adaptation de la part des espaces d’exposition, musées ou centres d’art contemporain, car leurs technologies de diffusion exigent le plus souvent un espace sombre et isolé afin de pouvoir projeter des images et de limiter des interférences de son. Le « white cube » est ainsi remplacé par la « black box ». Mais les transformations imposées aux espaces d’exposition vont plus loin pour au moins deux raisons : pour respecter le type singulier de liens que les artistes souhaitent créer avec le spectateur ; pour conserver leur caractère variable et éphémère (il faut donc souvent recréer les œuvres pour chaque exposition). L’espace, intentionnellement créé ou choisi par l’artiste ou le conservateur d’exposition, constitue la condition de la perception d’une œuvre d’art. Les œuvres des nouveaux médias demandent une adaptation de la part de ces espaces non seulement physiquement mais aussi conceptuellement et administrativement.

Le propos de ma thèse est d’interroger la manière dont une exposition significative peut être créée dans l’espace muséal, qui inclut ces œuvres interactives et numériques et encourage le genre d’interaction qui est prévu par l’artiste et nécessaire pour la perception de l’art des nouveaux médias. Qu’est-ce qui distingue l’art des nouveaux médias d’autres œuvres d’art et quelles sont les conséquences de l’exposition de ces œuvres pour le musée ? Quels sont les nouveaux espaces, concepts et méthodes de travail qui se sont constitués en réaction à ces œuvres d’art ? Quels changements sont à attendre de ces nouvelles données dans un futur proche ?

Pour répondre à ces questions, il est nécessaire d’analyser les divers moyens existant actuellement pour permettre à la signification de ces œuvres de se déployer dans les musées, ainsi que la façon dont parfois la constitution de cette signification est altérée par les caractéristiques spécifiques de l’art utilisant des nouveaux médias. Ma méthodologie consiste dans l’étude d’expositions anciennes et en cours ; elle comprend donc l’analyse d’expositions actuelles (Le Fresnoy, ZKM, V2, documenta, etc.) ainsi que l’étude d’archives et entretiens concernant des expositions passées. Cette recherche combine des outils classiques de l’histoire de l’art ou de la recherche sur l’art, analyse d’œuvre, recherche en bibliothèque et archive, entretiens avec des conservateurs d’exposition, restaurateurs, régisseurs, et artistes, etc. avec des outils qui se rapprochent de la recherche-action, stages d’observation et organisation d’expositions et des outils empruntés aux humanités numériques, notamment l’analyse lexical de larges corpus de textes.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.